jeudi 22 avril 2010

Derriere....un autre air!

Reflexion faite...on ne voyage jamais autant que quand l'espace est restreint!!
A trop fixer ce petit quart de ciel,on en oubli la couleur,et on ne respire plus pareil quand ce manque devient douleur!!!
Bien étrange chute ou les regrets vous conduisent....,quand on a dans sa tete, que la liberté est une friandise...
Elle doit etre consommé,avec respect et non a sa guise.
Sanctuaire de nom,qui aurait pu croire que d'un lieu de prieres et de paroles divines on n'enferme et on brise ses envies d'etre pour un jour ...Roi!!!
Loi de miseres et d'effroi on y sculpte les coeurs a en fendre les pierres...Les "Marles" y sont dieux,et les regles sont de fer...
Aucun horizon n'a la possibilité de se dessiner,sans une autorisation,et le meilleur des regards reste toujours trop bas.
Bienvenu chers petits,nous sommes une belle famille,unie par la force et l'esprit,le notre biensur!!!
.Vos fautes seront effacées,vous n'aurez meme plus a y penser...Grandissez,le ciel est bien haut,mais ici bas c'est notre pouvoir qui guidera vos pas.
Nourrissez vous de cette seconde chance,dans ce monastere nous sommes tous freres et a zero votre liberté jouira de cette tolerance...
Erreurs... mauvais parcours pas toujours cadrés,on juge l'acte ,jamais ce qui l'engendre,et bien souvent on ne retient que le devoir de punir au lieu de prevenir,ensuite le bucher , les grands allument le foyer ,ou la vie se consume et n'amene que des cendres...
Petite lucarne de lumiere,jamais le ciel n'aura été si important....
Petite source de liberté,jamais le reve n'aura été si grand....
Attraper derriere ces barrieres cet espace gris bleu,et retrouver tres vite l'espoir d'une nouvelle lumiere dans ces yeux...

Marles:roi qui ne portent ni courronne ni sceptre,mais regnent en maitre par l'ancienneté,et grandeurs de delits...

9 commentaires:

Dominique- L a dit…

Ton esquisse tellement significative de solitude et de souffrance parle d’elle-même.
Pourquoi tant de cruauté ? Sur l’image c’est presque un enfant que je discerne dans la pénombre. Comment peut ont infliger un tel traitement à un être humain ? Je suis effarée. Cette image me trouble et me bouleverse.

Désolée, ces lieux ne sont pas faits pour les prières, mais davantage pour ébranler et déprogrammer un être humain. Ce n’est pas en punissant et en coupant un être du monde qu’on l’aidera à comprendre et à se reconstruire; bien au contraire.
Il est difficile de croire que ce genre d’endroit puisse encore exister de nos jours, difficile d’imaginer la détresse de cet être replié sur lui-même, difficile d’imaginer le sadisme de certains. J’ai envie d’écrire plus jamais ca !
Chavirée par ce croquis et ce texte je t’embrasse Esquisse. Merci d’avoir eu le courage de montrer l’infamie d’un tel lieu.

JAWAH! a dit…

bonsoir
trés touchant ce texte et ton blog
bonne nuit
jawah!

MACAO a dit…

Ça prend aux tripes "c'est un texte grandeur époque" j'en suis retourné!

MARIE a dit…

La douleur se lit au travers des maux , des mots qui ne sont pas des émaux mais un fardeau que l'on porte comme un bateau sans capitaine , sans mât , où le vent est glacial rentrant dans les abysses inhalent ...
On sait chacun de nous qu'il y a les profondeurs terribles mais je veux croire à ces lumières qui donnent du courage pour avancer toujours et encore ...
Ton texte est bouleversant ...
J'espère des beaux demains , des deux mains pour continuer un merveilleux chemin où les couleurs redeviendront amies ...
La liberté c'est La Vie et il faut la prendre quoiqu'il arrive ...

Prends soin de toi caro amici ... :o)
Gros bisous ...

esquisse a dit…

Dominique,je pense que des lieux comme celui ci existent,encore...c'est bien juste ce que tu dis,est profond ,ta sensibilité est a fleur de peau et je me doutais que ce texte te ferai réagir de la sorte...malheureusement ,certaines personnes mélangent tout ,et la comprehension passe avant tout par la reprehension,punir avnt de comprendre...Meme si on en sort changer,car c'est obliger de changer,l'esprit de rébellion demeure,surtout envers ces gens qui n'ont pas les moyens de reflechir...Merci Dominique,d'etre passé,j'apprécie vraiment.

jawah,bienvenue et merci d'avoir posé ton ressenti,a bientot?

Cher macao,c'est bien le mot ...les tripes...tordues a l'envers...et
qui mettent un peu de temps digerer ces pages sombres quand meme,merci a toi...

Sensation bien decrite Marie,pas de brillance dans ces "ecrits",que du froid comme tu dis,et vraiment un sentiments tres febriles de sa petite personne...si on ne garde pas cette petite lumiere,en soi...il fait vraiment "noir".
Merci pour ce beau pas...sage!

JOSHARTYPICO a dit…

bonjour esquisse je suis désolé de ne pas être venu plus vite ! mais je tien a te remercie pour le beau texte que tu a écrit et je voulais si tu serais d'accord pour que je le mette en vu. bien sur dans toute les règle de l'art en précisent bien que c'est toi qui la écrit voila je te souhaite une bonne journée ! je reviens te voir !

Dominique- L a dit…

Bonsoir Esquisse,
En réponse, si j’ai réagi aussi vivement c’est parce que je ne supporte pas l’injustice. J’ai toujours été contre les arguments frappants, les coups portés dans le dos, les coups de martinets et les parents qui démissionnent. C'est trop facile !
Les parents qui se dégagent de leurs responsabilités ne sont pas dignes d’avoir des enfants. C’est souvent la carence des adultes qui poussent les enfants au bord du gouffre, les emprisonner est la pire des bassesses, une cruauté qui peut laisser, dans la mémoire d’un enfant, des traces menaçantes pour son épanouissement.

Très sincèrement à toi Esquisse, je t'embrasse.

esquisse a dit…

c'est bien juste Dominique,c'est quelque fois une issue de secours,un remede que l'on donne sans reflechir aux conséquences,pour s'empecher tres simplement d'approfondir,et de voir d'ou le bateau prend l'eau...apres,c'est trop tard,les soit disant leçons sont des plaies,et leurs souvenirs des cicatrices...Merci ,pour etre revenue,j'avais tres bien compris ta colere,et ton desaccord pour tout ça...
merci,je t'embrasse

♠ ♠Nanoub973♠♠ a dit…

ah que c'est bon de t'avoir retrouvé chez moi après ta pause...

gros bisous et tendresse