samedi 22 août 2009

parfum de tendresse,

huile,realisée en 2001 ,je ne m'appelé pas encore "Esquisse"
Je ne trahirai pas leur age
Mais dans cette piece,comme dans un miroir
Le reflet des histoires autant que d'images
Ne pourraient s'enfermer,dans une seule armoire...
Le feu depuis logtemps est devenu bien sage,
Meme si les buches craquent encore sous les flammes,
Les pierres en connaissent par coeur leur langage...
Paroles de Jadis,bien accrochées a chaque ame
C'est dans ces instants que peut renaitre le charme.
Parfum de violettes et de café passé
Le temps est obsolette quand on aime penser,
Des mouvements de tetes et des sourires semés
Dans le silence completent ces souvenirs rangés.
Les yeux brillants de leurs tendres années
Magnifestent encore ce besoin de croire...
Que les rides estompent sous leurs tristes tracés
L'apparence fanée de jeunesse illusoire
Chacun sait mais promet de rien dire,
Que dans un temps compté,ils toucheront le quai,
Une autre destination,dans un autre navire
Oublier son trajet et tout recommencer.
A nos aieuls,et tous ceux que l'on appelle Mamé et Papé,ceux qui font ou qui ont fait de nos journées des immenses gouter,des moments de douceurs et tendresses acidulées,ou leurs presences et leurs souvenirs resteront pour les années a venir ,des jardins privées ou les fleurs chaque instant sont choyées,et leurs parfums dans nos coeurs impreignés....
tendres pensées
Esquisse

14 commentaires:

♥Nancy♥ a dit…

*** Coucou Esquisse ! ***

Je suis certaine que là où ils sont les papés et les mamés sont très heureux qu'à travers ton joli blog tu penses à eux. Ils sont si précieux ces petits vieux !

L'huile est magnifique, elle dégage beaucoup de sérénité et de silences heureux.
Quels talents tu as Esquisse ! Que ce soit avec tes pinceaux, tes crayons, ou tes mots ... tu donnes du bonheur !

*** MERCI ET GROS BISOUS ***

Virginie a dit…

Plus de Papé et de Mamé, tous partis.. Mais là je les aperçois près du feu, surtout ma Mamé de la campagne !
Des soirées ou elle nous racontait sa jeunesse, sa dure vie dans les champs..
Entre vous et Karine je suis gâtée et admirative...
Votre univers devient le notre et tous vos mots nous rendent encore plus proche de nos souvenirs..
Encore une petite question, vous allez dire que j'exagère mais avant ce blog, en avez vous eu un autre...
J'ai perdu "un blog" que je ne n'ai jamais retrouvé et je me demande si ce n'était pas vous !
Bises et bon dimanche et merci...

esquisse a dit…

merci beaucoup Nancy,je l'espere aussi,qu'ils aient une oreille encore tendue,et que de leur petit jardin suspendu,ils puissent appre cié ces quelques mots ...
Bises,et bonne nuit

Virginie,je ne les ai pas connu,mais sans etre de la famille,j'en ai cottoyé quelques uns qui m'ont marqué,par leur petit train train,leur gentillesse et quelque fois leur coup de caractere,mais toujours,une sincere communication,pleine de sagesse...Virginie,ce que tu as dit "vos mots nous rendent encore plus proches de nos souvenirs"est tout a fait ce que je recherche,la petite étincelle qui réanime des moments qu'on a tort ou pas le temps de garder pres de soit,mais qui font un grand bien de les ressentir...
J'ai ecrit un certain temps sans blog,mais ça n'a pas duré,Macao et le Papé rené,m'hebergaient .Essaie de lire ou de regarder dans mes premiers textes,je les ai tous repris sur ce blog
Merci a toi ,et bonne soirée.
Bises,a bientot
tendres pensées pour karine!
Ps:je viens de me relire et j'ai remarqué que le "vous"s'est transformé en "tu",dites moi si ça t'ennuis"(rires)

MACAO a dit…

J'entends encore le crépitement des douces flammes dans la cheminée et l'odeur de la soupe de mon enfance tout un poème pour me la faire avaler!bisous à vous tous!

Je suis le temps qui passe. a dit…

Bonjour Esquisse,

Non Esquisse, une armoire n’est pas assez grande pour contenir, les images, les souvenirs, les moments de bonheur, de tendresse partagés avec ceux et celles qui nous ont appris, donné tant d’amour et transmis tant de valeurs.

Lorsque la page se tourne un jour, la pièce se vide, nos cœurs sont orphelins. Il nous reste alors des images du passé, des objets, des senteurs de violette qui s’échappent d’une commode que l’on ouvre du bout du coeur, des visages bons et souriants. Des voix qui résonnent encore dans nos oreilles, le souvenir d’une main qui caresse notre joue.

C’est le temps qui passe. Inexorablement, mais qui laisse en nous des leçons de vie, de sagesse, d’amour, de partage qui nous enrichissent et nous font grandir.

Ton tableau est fort beau et le texte qui l’accompagne tellement attendrissant et vrai. C’est émouvant et apaisant de le lire car ces êtres tant aimés, devenus intemporels, n’ont pas traversé notre vie pour rien. Ils continuent à guider nos pas…

Merci… Esquisse. Je t’embrasse. Do.

Virginie a dit…

Je reviens et je remarque quelque chose... Est ce c'est parce que j'ai changé de page que l'entête à changé ! il me semble qu'hier ce n'était pas le même dessin...
ou alors c'est l'alcool avec mes biscuits !
Depuis tout à l'heure sur mon blog je te dis tu, mais bon je suis comme ça je n'ose pas toujours.... quand je ne connais pas encore...
Bises et bonne soirée ..

Marie a dit…

Vous avez beaucoup de talent(je vous envie), Esquisse. Merci pour votre commentaire sur mon photoblog (bien négligé ces derniers temps).

esquisse a dit…

merci a vous tous ,tout le monde a ces bouts a recuperer dans une periode ou une autre et c'est bien quand on peut par deux trois mots raviver ses souvenirs.
je vous embrasse bien ,et a bientot;

noèse cogite a dit…

Je me retrouve dans cette toile.Les grands-parents sont les parents bien souvent pour les petits -enfants..on rit, tellement de tendresse et de sourire..le plus important pour l'innocence.

esquisse a dit…

bien juste Noese,et un reel plaisir de te revoir...

Lalwende a dit…

Notre histoire nous la tirons de la leur, qu'ils soient présents, absents, ils font partis de nous d'une manière ou d'une autre.

A travers eux, leur caractère, leur vie nous apprenons sur nous et les autres.


Merci Esquisse pour ce plongeon dans les souvenirs et dans les sens qui nous touchent.

Karine a dit…

Me revoilou, tout doucement! Cette plongée dans le passé me laisse toujours dans un nuage de grande tendresse et de manque aussi. je lève souvent les yeux vers les nuages en une sorte d'hommage et de pensée émue... Un parfum d'enfance et d'adolescence choyées! Mais aussi une pensée pour la mamie de mes enfants; cette complicité et ce bonheur que j'observe avec un grand plaisir!
Merci Esquisse de nous offrir ces images et ces senteurs si réconfortantes!
gros bisous

esquisse a dit…

c'est vrai "Do"qu'on vehicule tous dans notre moi interieur,des fibres de cette parentées,sans parler de genes,mais des mimiques des ressentis et attitudes,qui nous garde bien collé a eux,
Bises et a bientot...

Ma petite Karine,le temps est bien un partenaire,non seulement il nous suit,pousse et affectionne justement des moments comme ceux la ,pour ne pas trop les laisser partir,bien content de pouvoir par ces pensées ,vous les ramener aux moins en émotions pour leur prouver qu'ils sont bien en nous,et que grace a ce passé,ils nous restent bien présent...
Merci Karine,
le style est revenue ,et je me reflete bien dedans...

Virginie a dit…

Voilà qui est bien dit, le temps est bien un partenaire...
On dit trop souvent qu'il est un ennemi ! Il faut savoir faire avec et l'apprivoiser et là, il nous gâte et nous offre les souvenirs...
Bises et bonne soirée à tous !